En naturopathie nous parlons souvent des émonctoires, mais que sont les émonctoires ?

Les émonctoires sont des organes qui permettent l’élimination des toxines hors de l’organisme. On peut les considérer comme des portes de sorties des déchets. Ils sont au nombre de 4.

Poumons

Le rôle principal des poumons est d’effectuer les échanges gazeux. Ils apportent de l’oxygène (O2) à l’organisme qui est transportée par le sang jusqu’aux différents organes et cellules de l’organisme qui ne fonctionneraient pas sans oxygène. En récupérant l’oxygène, les organes et cellules échangent du gaz carbonique (CO2) qui est ensuite expulsé à l’expiration.

Les poumons permettent également d’éliminer des déchets colloïdaux comme glaires, mucus et poussières en cherchant à les expulser (toux, crachat…).

Vous pouvez stimuler les poumons en pratiquant une activité sportive régulière.

Reins

Les reins permettent de filtrer le sang et éliminent les déchets cristalloïdaux par l’urine. L’urine se doit d’être colorée lorsque les reins fonctionnent bien. L’urine du matin doit donc être la plus foncée. L’organisme ayant été au repos toute la nuit, moment dont il se sert pour se régénérer.

Boire de l’eau faiblement minéralisée aide les reins à faire leur travail de filtration sans encombrer l’organisme. Au contraire, boire trop d’eau les fatiguent.

Vous pouvez stimuler les reins en buvant une eau faiblement minéralisée. Et limiter l’excès des déchets par l’alimentation générant le plus de toxines dans l’organisme (que l’on abordera dans un prochain article).

Foie/Intestins

Le foie et les intestins jouent un rôle important dans le système digestif et dans l’élimination des déchets cristalloïdaux.

Le foie est un organe qui permet beaucoup de fonctions dans l’organisme. Sa fonction la plus importante étant la détoxification. Il dégrade des substances toxiques en produits non toxiques éliminables par l’organisme.

Les intestins quant à eux permettent l’absorption des nutriments au niveau des villosités intestinales. Ils permettent également l’élimination des déchets par les selles.

En règle général, vous devez compter une selle par repas. Si vous n’allez pas à la selle régulièrement, une accumulation de toxine peuvent entrainer fermentation et/ou putréfaction mais aussi des mauvaises assimilations des nutriments.

Afin de préserver le foie et les intestins, il est recommandé de limiter les associations alimentaires (que l’on abordera dans un prochain article) mais aussi de permettre un maximum de repos à l’organisme pour qu’il s’auto régénère.

Peau

La peau est un organe mixte, c’est-à-dire qu’il permet d’éliminer les 2 types de déchets (colloïdaux et cristalloïdaux) grâce aux glandes sébacées et glandes sudoripares. De plus c’est un organe très important de par sa taille.

Vous pouvez stimuler cet émonctoire par l’exercice physique ainsi que par le sauna.

Conclusion

Vous l’aurez compris, il est nécessaire de prendre soin de nos émonctoires pour les préserver.

En naturopathie, si un organe est plus faible ou défaillant, on fera en sorte de dériver les déchets vers un organe qui permet d’éliminer des déchets du même type à l’aide d’une des 10 techniques du naturopathe.

Par exemple, si les poumons sont encrassés et n’arrivent pas à faire leur travail d’élimination, on pourra les mettre au repos en dérivant les déchets vers la peau.

Prenez-vous soin de vos émonctoires ?
Avez-vous envie d’y remédier ?

Photo by Sigmund on Unsplash

En naturopathie nous parlons souvent des émonctoires, mais que sont les émonctoires ? Les émonctoires sont des organes qui permettent l’élimination des toxines hors de l’organisme. On peut les considérer comme des portes de sorties des déchets. Ils sont au nombre de 4. Poumons Le rôle principal des poumons est d’effectuer les échanges gazeux. Ils […]

Je vous explique aujourd’hui pourquoi boire des jus de légumes peut être utile à votre organisme.

C’est quoi un jus de légume ?

Un jus de légume se fait à l’extracteur de jus. L’extracteur permet d’extraire le jus et d’en récupérer uniquement les nutriments et vitamines. Un jus de légumes se compose d’un ou plusieurs légumes, d’aromates, d’épices, et éventuellement d’un peu de fruit pour une note sucrée.

A ne pas confondre donc avec le smoothie qui lui est mixé dans un blender et permet de conserver les fibres. Un smoothie est plus souvent fait à base de fruits, ce qui reste un boisson très sucrée de part le sucre des fruits (fructose). Il faut donc boire le smoothie avec modération.

Pourquoi le jus est utile pour notre organisme ?

En naturopathie, l’alimentation recommandée est maximisée par l’alimentation vivante dont les fruits et légumes font partis. Nous conseillons donc de manger un maximum de fruits et légumes crus. De saison, Bio de préférence afin de réduire au maximum les pesticides, herbicides et autres produits phytosanitaires.

Les fruits et légumes peuvent entrainer des ballonnements ou gaz de part leur teneur en fibres insolubles.

Nous recommandons dans ce cas de boire des jus de légumes, permettant ainsi d’apporter uniquement les nutriments et vitamines. Le jus vous apportera de l’énergie tout en limitant l’action de votre système digestif.

Mangez des légumes

Boire des jus n’interdit pas de manger des légumes. Au contraire, les fibres des légumes sont utiles pour votre flore intestinale. Il est nécessaire d’en manger en plus de vos jus de légumes. Commencez vos repas par une petite quantité de crudités, cela permet de préparer votre système digestif à la digestion d’autres aliments plus complexes.

Vous pouvez également apporter une portion de légumes cuits dans votre repas. La cuisson altérant les nutriments des légumes, il est donc recommandé de limiter leur cuisson. Privilégiez les méthodes de cuisson à la vapeur, à la vapeur douce, au bain-marie, ou au four à très base température.

Des jus de légumes chez soi ?

Si vous devenez adepte des jus de légumes, investir dans un extracteur de jus sera sans doute nécessaire et vous permettra des économies. Dans ce cas là, choisissez un extracteur avec une vitesse de rotation lente. Celle-ci permet d’éviter de chauffer les aliments et donc d’en préserver les nutriments et vitamines.

Les extracteur verticaux semblent apporter une facilité au niveau du nettoyage des pièces et permet de prendre un minimum de place dans votre cuisine. Pour les amateurs de laits végétaux, sachez également que les extracteurs permettent de réaliser vos laits végétaux facilement.

Vous n’êtes pas encore prêts à investir dans un extracteur ? Il existe aujourd’hui beaucoup de jus de légumes que vous pouvez acheter en magasin Bio et même en supermarché. Veillez simplement à choisir des jus de légumes Bio avec un minimum de fruits, pressés à froid.

Sachez qu’il est également possible de faire des cures d’une ou plusieurs journées de jus de légumes. Cela afin de mettre votre système digestif au repos. Demandez conseil à votre naturopathe.

Êtes-vous tentés par les jus de légumes ?

Photo de Toni Cuenca provenant de Pexels

Je vous explique aujourd’hui pourquoi boire des jus de légumes peut être utile à votre organisme. C’est quoi un jus de légume ? Un jus de légume se fait à l’extracteur de jus. L’extracteur permet d’extraire le jus et d’en récupérer uniquement les nutriments et vitamines. Un jus de légumes se compose d’un ou plusieurs […]

Le gluten est composé de 2 familles de protéines : les prolamines et les glutémines.
Il s’agit tout simplement de la partie collante d’une pâte à base de céréales et d’eau, c’est ce qui permet d’avoir un pain moelleux et élastique par exemple.

Comment savoir si un aliment contient du gluten ?

Je vous partage une façon mnémotechnique pour se souvenir des céréales contenant du gluten.
Les initiales du mot S.A.B.O.T. nous indique les céréales à éviter si l’on souhaite supprimer ou réduire le gluten de son alimentation.

S pour Seigle
A pour Avoine
B pour Blé
O pour Orge
T pour Triticale (hybride à base de Seigle et de Blé)

Il existe cependant 2 autres céréales contenant du gluten qu’il ne faut pas oublier : le Kamut et l’Épeautre.

Pourquoi éviter/supprimer le gluten ?

Des personnes sont obligées de supprimer le gluten car ils y sont intolérants (maladie cœliaque).
Cette maladie détruit la paroi de l’intestin grêle en atrophiant les villosités intestinales. Les villosités intestinales permettant une meilleure absorption des nutriments à travers le sang, on comprendra vite pourquoi cela est problématique.

Même sans être intolérant, de nos jours de nombreuses personnes ont des problèmes digestifs lié au gluten. La faute en partie aux manipulations génétiques qui ont modifié plusieurs fois la protéine de blé pour obtenir la texture désirée. Pour exemple, le blé originel comportait 14 chromosomes, aujourd’hui il en comporte 42. L’évolution de l’homme n’a pas permis de s’adapter à tous ces changements, c’est pour cette raison que de nombreuses personnes digèrent mieux en évitant/limitant le gluten.

Quelles alternatives ?

Il est assez simple de remplacer les céréales, le pain, la farine et les pâtes par :

  • sarrasin,
  • millet,
  • riz (blanc, brun, complet),
  • quinoa,
  • pommes de terre,
  • patate douce,
  • etc.

Le gluten est également présent dans de nombreuses préparations industrielles où il sert d’additif.
On retrouve du gluten dans la sauce soja, sauces industrielles, charcuterie et même les friandises…

Il faudra donc bien lire les étiquettes et éviter les additifs suivants (en gras, les plus nocifs pour les personnes cœliaque) :

  • E411 (Gomme d’avoine),
  • E491 (Monostéarate de sorbitane),
  • E1400 (Dextrines, amidon torréfié),
  • E1401 (Amidon traité aux acides),
  • E1402 (Amidon traité aux alcalis),
  • E1403 (Amidon blanchi),
  • E1404 (Amidon oxydé),
  • E1405 (Amidons traités aux enzymes),
  • E1410 (Phosphate d’amidon),
  • E1411 (Glycérol de diamidon),
  • E1412 (Phosphate de diamidon),
  • E1413 (Phosphate de diamidon phosphaté),
  • E1414 (Phosphate de diamidon acétylé),
  • E1420 (Amidon acétylé),
  • E1421 (Amidon acétylé à acétate de vinyle),
  • E1422 (Adipate de diamidon acétylé),
  • E1423 (Glycérol de diamidon acétylé),
  • E1440 (Amidon Hydroxypropylé),
  • E1442 (Phosphate de diamidon hydroxypropylé),
  • E1443 (Glycérol de diamidon hydroxypropylé),
  • E1450 (Octényle succinate d’amidon sodique),
  • E1451 (Amidon oxydé acétylé),
  • E1452 (Octényl succinate d’amidon d’aluminium)

J’espère vous avoir éclairé sur le gluten.

Une question sur le gluten ?
N’hésitez pas !

Photo by Gaelle Marcel on Unsplash

Le gluten est composé de 2 familles de protéines : les prolamines et les glutémines.Il s’agit tout simplement de la partie collante d’une pâte à base de céréales et d’eau, c’est ce qui permet d’avoir un pain moelleux et élastique par exemple. Comment savoir si un aliment contient du gluten ? Je vous partage une […]

La naturopathie est avant tout un art de vivre qui prend en compte l’énergie vitale (existence immatérielle qui anime tout être humain) de manière à rester en santé ou à permettre au corps de s’auto-régénérer pour retrouver la santé.

Pour cela, elle considère les différents corps d’un individu de façon holistique qui sont :

  • Corps vital,
  • Corps physique,
  • Corps mental,
  • Corps spirituel.

Ces 4 corps interagissant entre eux et permettent une fois équilibré, un état de bonne santé.

Appliquée dès le plus jeune âge, elle permet le maintient ou le retour de la santé via 10 techniques.
3 de ces techniques sont dites majeures  (ci-dessous en gras) car nécessaires à toute bonne hygiène de vie :

  • L’alimentation : nutrition, diététique, mono-diète, jeûne.
  • La psychologie : gestion des émotions et du stress.
  • L’exercice physique : hygiène musculaire et émonctorielle (gymnastique des organes, yoga, arts martiaux, course à pied, etc).
  • L’hydrologie : utilisation d’eau froide/tiède/chaude, en locale ou générale.
  • Les techniques manuelles : massage bien être.
  • Les techniques réflexes : réflexologie plantaire, palmaire, endo-nasale, auriculaire.
  • Les techniques respiratoires : exercices de respiration (yoga, qi gong, bol d’air Jacquier), etc.
  • La phytologie : techniques à base de plantes et huiles essentielles.
  • Les techniques énergétiques : magnétisme.
  • Les techniques vibratoires : rayonnements solaires, utilisation des couleurs, musique etc.

Voilà pour une première approche de la naturopathie.

Une question sur la naturopathie ?
N’hésitez pas !

La naturopathie est avant tout un art de vivre qui prend en compte l’énergie vitale (existence immatérielle qui anime tout être humain) de manière à rester en santé ou à permettre au corps de s’auto-régénérer pour retrouver la santé. Pour cela, elle considère les différents corps d’un individu de façon holistique qui sont : Corps […]

Parce qu’il faut bien commencer par un premier article, j’avais envie de vous parler de jardinage.

Lorsque j’étais plus jeune, j’habitai à la campagne dans un pavillon avec jardin.
Aujourd’hui je vis en ville avec un petit balcon de moins d’1m2, le besoin de retrouver un peu de nature chez moi s’est fait surtout ressentir ces deux dernières années.

J’ai commencé par m’acheter du basilic, de la menthe verte et du piment. Le tout déjà sorti de terre. Malheureusement, je n’ai pas su bien m’en occuper et aujourd’hui il ne me reste que la menthe verte (heureusement, cet aromate est coriace :D).

La découverte de La Box à Planter

Après mes essais infructueux, j’ai découvert La Box à Planter.
Il s’agit d’une box que l’on reçoit avant chaque nouvelle saison. Cette box se compose de 5 sachets de variétés de graines de légumes, fleurs comestibles, ou aromates, le tout Bio, reproductibles et valorisant le travail de petits producteurs qui œuvrent pour faire perdurer la biodiversité à travers le Réseau Semences Paysannes.
Mais aussi d’un manuel d’explication pour nous aider à mettre les mains à la terre (comme vu plus haut, j’ai bien besoin de ce livret ;)) et nous accompagner en nous précisant les associations des variétés possibles afin que les plants s’entraident.
Puis d’une petite surprise écolo et très souvent zéro déchet.

Le tout est emballé dans un carton que l’on peut recycler ou composter. Le concept s’adapte tout à fait aux balcons même si on peut être limité par la taille de celui-ci pour certaines variétés gourmandes en place.

J’ai commencé à utiliser la box à planter il y a plus d’un an maintenant avec la box numéro 4. J’avais alors tenté de faire pousser des betteraves chioggia et du pourpier doré. C’était une des premières fois, depuis l’école, où j’avais mis une graine en terre. Le fait de la voir sortir de terre, pousser et devenir un légume a été très gratifiant. Cela permet de se rendre compte du travail des agriculteurs et maraichers pour nous fournir de beaux légumes sur les étals des marchés ou magasins Bio.

Très honnêtement, je n’ai pas réussi à avoir une récolte cette saison là, les betteraves avaient bien poussé avec de belles et grandes feuilles mais ne grossissaient pas. J’ai tout de même mangé des jeunes pousses et feuilles de betterave que j’ai mis dans un smoothie ou mangé en salade.
En y repensant, elles devaient manquer de place pour s’épanouir sous terre.
Le pourpier doré n’avait rien donné également. Je me suis essayé ensuite aux épinards géants d’hiver, roquette cultivée sans grande récolte encore une fois.

Depuis le début d’année 2017, je me suis décidée à m’y mettre plus sérieusement et je pense que cela fait toute la différence !
J’ai fait mes semis en intérieur et j’en ai pris grand soin : pois nain rondo, tomate poire jaune, laitue à couper lollo rossa, mizuna, menthe réglisse, œillet d’inde nain, arroche rouge, basilic génovèse, haricot langue de feu, capucine major naine, toutes des graines de la box à planter.
J’y ai ajouté des semis de poivrons, de batavia, de basilic à grandes feuilles et de piments doux, que j’ai acheté Bio chez Botanic.

Comme vous vous en doutez peut-être, cela faisait beaucoup pour un si petit balcon. Voyant à quel point potager me faisait du bien, ma maman m’a proposé un bout de son terrain pour jardiner plus grand. Ce que je fais en équipe avec ma sœurette ! J’essaie de me rendre régulièrement là bas pour travailler un peu plus la terre et profiter de mes parents au passage ;).
On a eu de belles récoltes de roquette cultivée et une première petite récolte de pois nain rondo. Les fleurs y poussent bien (capucine major naine et œillet d’inde nain). Je dois dire que même si ce sont de petites récoltes, c’est génial de goûter ses propres légumes.

Du côté de mon balcon, j’ai fait quatre récolte de roquette cultivée (sur 4 plants), depuis elles ne donnent plus rien, je crois qu’elles sont en train de monter en graine.
La menthe réglisse, la menthe verte, l’œillet d’inde nain, le basilic génovèse et basilic à grandes feuilles poussent bien, malgré quelques soucis avec ces deux derniers qui se font grignoter par un autre amateur de basilic que moi.
Mon plant de tomate poire jaune a bien poussé également, donné quelques fleurs mais je crois qu’il n’y aura pas de fruits cette année, la faute au manque de pollinisation des fleurs ? Je n’ai pas aperçu d’abeilles sur mon balcon alors que j’y découvre régulièrement de nouveaux habitants : cloportes, scarabées, araignées, fourmis et dernièrement une sauterelle vivant sur mon œillet d’inde depuis quelques jours.

Mon balcon est devenu un petit coin de nature où j’aime me poser et observer la vie y prendre part, que ce soit par les insectes que par la pousse des plants.

Reconnexion à la nature

Cette activité me permet de me reconnecter à la nature, travailler la terre (y mettre les mains), même en pot, me donne l’impression de la redécouvrir et de m’en approprier un petit coin à moi.

Même si mes récoltes sont loin d’être stupéfiantes aujourd’hui, potager est bon pour la planète. Il n’y a rien de plus local, frais et Bio, si on utilise aucun produit chimique, que de manger ses propres récoltes. De plus c’est un vrai plaisir de donner de la place à la nature chez soi.

Pratiquez-vous le jardinage ?
En ressentez-vous des bienfaits ?

Photo by Markus Spiske on Unsplash

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Parce qu’il faut bien commencer par un premier article, j’avais envie de vous parler de jardinage. Lorsque j’étais plus jeune, j’habitai à la campagne dans un pavillon avec jardin.Aujourd’hui je vis en ville avec un petit balcon de moins d’1m2, le besoin de retrouver un peu de nature chez moi s’est fait surtout ressentir ces deux […]